Le statut de Abou Hanifa dans le Hadith

Publié le par Sunnisme.com

° Le statut de l’Imam Abou Hanifa dans le Hadith [1]





Hanifa

 




Nous sommes aujourd’hui à une époque où l’Islam est attaqué de partout, que ce soit par des non-Musulmans ou que ce soit par des groupes qui se réclament de notre Religion. Le nom des Salafs (Pieux Prédécesseurs) est sali par un groupe prétendant les suivre à la lettre et trompant les gens par des slogans aguicheurs mensongers comme celui-ci : « l’Islam ( le Qour’an et la Sunnah) selon compréhension des pieux Prédécesseurs ». Un des leaders de ce groupe, sheykh Al-Albani (RA) a soutenu et propagé l’information erronée selon laquelle le grand Imam du Salaf, Abou Hanifa (RA) ne serait pas un narrateur fiable dans la transmission du Hadith. Insha Allâh, nous allons démontrer par cet article qu’il n’en est rien.

 

Ayant vécu à une époque où des Sahabas étaient encore en vie, l’Imam Abu Hanifah (80-150 H) fait partie de la génération des Tabi'in. Il a d’ailleurs vu Anas ibn Malik (mort en 93 H), même s’il n'est pas authentique qu'il ait rapporté d'après lui ou d’après tout autre Sahabi. L’Imam as-Suyûtî mentionne, dans Tabyid as-Sahifah [2] que Ibn Hajar al-'Asqalani a dit : « Ibn Sa’d a rapporté avec une chaine (Sanad) dans laquelle il n'y a pas de détérioration que Abou Hanifah a vu Anas ». Ibn Hajar poursuit en mentionnant que ceci distingue Abu Hanifah de tous les autres Imams des principales villes de ses contemporains comme al-Awza’i, Hammad ibn Zayd, Hammad ibn Salamah, at-Thawri, Malik, Muslim ibn Khalid and al-Layth ibn Sa’d.

L'autorité de l'Imam Abu Hanifah [radhia Allâhou 'anhou] dans la Jurisprudence (Fiqh) est acceptée par tous au sein de Ahl us-Sunnah, à la fois par ses partisans que par ses détracteurs. Cependant, certains insistent encore en jetant le doute sur sa fiabilité dans la narration des hadiths. L’Imam Abu Hanifah n’a pas rapporté un grand nombre de hadiths car sa préoccupation était le Fiqh et l’enregistrement de ses masa'il [3], mais sa dépendance à l'égard des hadiths et athars ressort de manière évidente de ses avis et en ce sens il fait partie des mukthirin – c’est-à-dire de ceux ayant rapporté de grandes quantités de hadith [4].

Al-Khatib al-Baghdadi a rapporté dans son Tarikh Baghdad [5] avec une chaîne de narration authentique [dans laquelle tous les rapporteurs, al-Khallal, al-Hariri, an-Nakha'i et Muhammad ibn Isma'il al-Farisi sont thiqat (dignes de confiance)] à partir de Makki ibn Ibrahim (126-214 H), qui rapporte de Abu Hanifah et qui est l'un des plus vieux Sheykhs de l'Imam Bukhari et qui rapporte les six célèbres collections de hadith. Il est décrit par Ibn Hajar comme un « thiqah thabt » dans al-Taqrib, ce qui est un des plus hauts niveaux de fiabilité. Il a déclaré à propos de Abu Hanifah : « Il était le plus savant des gens de son temps ». (kana a'lama Ahli zamanihi) « La Science » (al-'ilm) à ce moment-là était la connaissance du Qour’an et de la Sunnah, cela démontre que Abu Hanifah avait une vaste connaissance des hadiths, mais sa préoccupation n’était pas de rapporter. L’Imam ad-Dhahabi a écrit : « La logique, la dialectique et la philosophie des anciens n'existaient pas, par Allâh, ceci ne faisait pas partie des sciences des Sahabah, des Tabi'in , de al-Awza‘i, d'at-Thawri, de Malik et de Abu Hanifah. Plutôt, leurs sciences étaient le Qour’an et le Hadith. » [6]

 

La fiabilité de l’Imam Abu Hanifah dans la narration des hadiths a été transmise par ces cinq Imams de la science de al-Jarh wa l-Ta'dil (la critique et l’éloge) :
 

1. Abu Dawud as-Sijistani (202-275 H), l'auteur des Sunan Abu 'Umar ibn' Abd al-Barr (368-463 H) rapporte ce qui suit [7] :

‘Abd Allâh ibn Muhammad ibn ‘Abd al-Mu’min ibn Yahya (al-Qurtubi), qu’Allâh lui fasse Miséricorde, nous a raconté que : Abu Bakr Muhammad ibn Bakr ibn ‘Abd ar-Razzaq, connu sous le nom de Ibn Dasah, nous a raconté : « J'ai entendu Abu Dawud Sulayman ibn al-Ash‘ath ibn Ishaq as-Sijistani, qu’Allâh lui fasse Miséricorde, dire : « qu’Allâh fasse Miséricorde à Malik , il était un Imam. Qu’Allâh fasse Miséricorde à ash-Shafi'i, il était un Imam. Qu’Allâh fasse Miséricorde à Abu Hanifah, il était un Imam ».


'Abd Allâh ibn Muhammad ibn ‘Abd al-Mu'min al-Qurtoubi est fiable (Saduq) tel que mentionné dans Lisan al-Mizan (4:587), qui indique également qu’il « fait partie des plus anciens sheykhs d'Abou Omar (Ibn ‘Abd al-Barr) ». Ibn Dasah (m. 346) est digne de confiance (thiqah) et c’est un rapporteur des Sunan de Abu Dawud as-Sijistani (Siyar A‘lam al-Nubala). La chaîne de transmission est donc bonne (hassan).

Le terme « Imam » a des significations différentes, mais quand il est utilisé dans le contexte de la science du hadith et de la critique du rapporteur, il équivaut à « digne de confiance » (thiqah) et « argument » (hujjah) et « solide » (thabt) , tel que mentionné par as-Sakhawi dans son Sharh Alfiyyat al-'Iraqi [8]. Al-Hafiz Ibn Hajar al-'Asqalani donne également le statut de « Imam » à Abu Hanifah lorsqu’il note sa fiabilité dans Taqrib al-Tahdhib, indiquant que ce terme est suffisant pour établir la fiabilité.

2. Ali ibn ‘Abd Allâh al-Madini (161-235 H), le grand Imam d'Al-Jarh wa l-Ta'dil

 

Muhammad ibn al-Husayn ibn Ahmad ibn al-Husayn Abu l-Fath al-Azdi al-Mawsili (M. 374) a mentionné dans son livre al-Du'afa , « 'Ali ibn al-Madini a dit : At-Thawri , Ibn al-Moubarak, Hammad ibn Zayd, Hushaym, Waki ' ibn al-Jarrah, ' Abbad ibn al-'Awam et Ja'far ibn Awn ont rapportés d'après Abou Hanifah. Il est digne de confiance (thiqah) , il n'y a aucun mal (risque) en lui. » [9]

Abu l-Fath al-Azdi l’a rapporté sans chaîne, mais sa manière de rapporter (utilisant le sighat al-jazm – une manière de procéder de type « Il a dit ») indique que selon lui, il est authentique.

3. Shu'bah ibn al-Hajjaj (85-160 H), le créateur de la science d'Al-Jarh wa l-Ta'dil

 

Ibn ‘Abd al-Barr a rapporté via Hakam ibn al-Mundhir via Abu Ya’qub Yusuf ibn Ahmad ibn Yusuf Ibn al-Dakhil d'après Ahmad ibn al-Hasan al-Hafiz via ‘Abd Allâh ibn Ahmad ibn Ibrahim al-Dawraqi : Yahya ibn Ma'in a été interrogé sur Abu Hanifah tandis que j'écoutais. Il a dit : « [Il est] digne de confiance (thiqah), je n'ai entendu personne affaiblir (son statut). Voici Shu'bah ibn al-Hajjaj, lui écrivant et lui conseillant de rapporter. Et Shu'bah est Shu'bah ! » [10]

Ad-Dawraqi est digne de confiance (thiqah) selon ad-Daraqoutni et fiable (Saduq) selon Ibn Abi Hatim [11]. Le reste des narrateurs est connu comme étant des Huffaz et des Muhaddithin mais leur fiabilité est inconnue. Ce récit est donc soit faible (da'if) soit bon (hassan), selon les principes utilisés.

 

Shu'bah ibn al-Hajjaj ne rapporterait de personne d’autre que de narrateurs dignes de confiance, donc si la narration citées ci-dessus est bonne, cela reviendrait à déclarer, selon Shu'bah, que Abu Hanifah est digne de confiance.

4. Yahya ibn Ma'in (158-233 H), le grand savant d’al-Jarh wa l-Ta’dil

 

Ahmad ibn Muhammad ibn al-Qasim ibn Muhriz, un étudiant d'Ibn Ma'in, a rapporté dans sa transmission de Ma’rifat al-Rijal d'Ibn Ma'in de Yahya ibn Ma'in qu'il a dit : « Abou Hanifah, il n’y avait pas de mal en lui. » Et il a dit une fois : « Abou Hanifah faisait partie, selon nous, des gens intègres. Il n'a pas été accusé de mensonge. Ibn Hubayrah l’a frappé après qu’il ait refusé le poste de juge et il a refusé d'être juge » [12]

 

La fiabilité de Ibn Muhriz est inconnue (il est majhul al-hal), mais ses récits d'après Ibn Ma'in sur les rapporteurs de hadiths ont généralement été acceptés par les savants du Rijal, et cette transmission de lui est corroborée par d'autres narrations (mentionné ci-dessous). Il est bien connu que la déclaration d'Ibn Ma'in « il n’y avait pas de mal en lui. » est équivalente à sa déclaration « digne de confiance » (thiqah), tel que mentionné dans Tadrib al-Rawi. Ce récit prouve par conséquent que l'imam Abou Hanifah est digne de confiance selon Ibn Ma'in.

Al-Khatib al-Baghdadi rapporte : (Abu l-Hasan Muhammad ibn Ahmad ibn Muhammad ibn Ahmad) ibn Rizq (325-412) nous a raconté : Ahmad ibn ‘Ali ibn ‘Umar ibn Hubaysh al-Razi nous a raconté : J'ai entendu Ahmad ibn Muhammad ibn ‘Isam (m. 313) dire : J'ai entendu Muhammad ibn Saad al-'Awfi dire : J'ai entendu Yahya ibn Ma'in dire : « Abou Hanifah était digne de confiance. Il ne narrait pas un hadith s’il ne l’avait pas mémorisé et il n'aurait pas narré ce qu'il n'avait pas mémorisé ».

Ibn Rizq est digne de confiance selon al-Khatib et al-Barqani. Ahmad ibn Ali ibn ‘Umar ibn Hubaysh est digne de confiance [13]. La fiabilité de Ahmad ibn Muhammad ibn 'Isam est inconnue. Il est mentionné dans Tarikh Asbahan d'Abou Nou'aym. Muhammad ibn Sa’d al-'Awfi est faible (layyin) selon al-Khatib , mais selon ad-Daraqoutni : « il n’y avait pas de mal en lui. » La narration est donc faible (da'if) ou bonne (hassan), mais plus probablement bonne comme cela est soutenu par des avis similaires de Ibn Ma'in comme les deux narrations mentionnées ci-dessus.

Hafiz al-Mizzi (654-742), le professeur d’ad-Dhahabi, écrit dans l' introduction de son ouvrage majeur sur les narrateurs (Tahdhib al-Kamal) : « Là où nous n'avons pas parlé de la chaîne de transmission entre nous et son locuteur : c’est là où il y a la certitude (sighat al-jazm) [c’est-à-dire là où il utilise le mode actif, comme « il a dit », « il a rapporté »], c'est donc lorsque nous n’avons pas constaté de problème dans la chaîne de transmission depuis le locuteur auquel il est relié, quant à ceux que vous trouverez sous la forme d' incertitude (sighat al- tamrid) [c’est-à-dire en utilisant la forme passive, comme « il a été dit », « il a été rapporté »], alors c’est qu’il y a probablement un problème dans la chaîne de transmission jusqu'à son locateur ... » [14]

Dans Tahdhib al-Kamal, sa biographie de Abu Hanifah, il mentionne les deux narrations citées plus haut, sans isnad, et aussi une troisième : « Salih ibn Muhammad al-Asadi al-Hafiz a dit : J'ai entendu Yahya ibn Ma'in dire : « Abu Hanifah était digne de confiance dans le hadith. » [15] Salih ibn Muhammad ibn ‘Amr ibn Habib al-Asadi  (m. 293) est digne de confiance comme le mentionne ad-Daraqoutni , al-Khatib et d’autres [16]. Par conséquent, cette narration est authentique selon al-Mizzi.

Il existe d'autres récits d'Ibn Ma'in déclarant Abu Hanifah digne de confiance, comme mentionné dans Tarikh Baghdad, mais ils contiennent des faiblesses (dans les chaines).

Sur la base de ces quatre récits susmentionnés (d’après de ad-Dawraqi , Ibn Muhriz, Salih ibn Muhammad al-Asadi et al-'Awfi), les savants ultérieurs ont accepté que l'opinion préservée (Mahfuz) de Yahya ibn Ma'in est qu’Abu Hanifah est digne de confiance. Cela ressort clairement de la relation des seules trois narrations précitées par al-Mizzi dans son Tahdhib al-Kamal, suivi par ad-Dhahabi dans son Siyar et par al-'Asqalani dans Tahdhib al-Tahdhib. Dr. Bashshar Awwad mentionne également dans ses notes de bas de page de Tarikh Baghdad que l'opinion préservée (Mahfuz) de Yahya ibn Ma'in est que Abou Hanifah est digne de confiance. Aucun des savants ultérieurs comme Mizzi, ad-Dhahabi et al-‘Asqalani n’a mentionné une quelconque critique d'Ibn Ma'in à propos d'Abou Hanifah, indiquant ainsi qu'ils avaient pour croyance que la critique formulée à son encontre est inauthentique ou peu fiable.

Il y a cependant une narration avec une chaîne authentique de Ibn Ma'in, comme rapporté par 'Adi , dans son Kamil fi Du’afa al-Rijal de ‘Ali ibn Ahmad ibn Sulayman (227-317) qui est thiqah (digne de confiance) selon Ibn Yunus (Siyar A'lam al-Nubala) d'après Ahmad ibn Sa’d ibn Abi Maryam (m. 253) qui est Saduq (fiable) selon Ibn Hajar dans al-Taqrib : « J'ai demandé à Yahya ibn Ma'in (son avis) à propos de Abu Hanifah et il a déclaré : « Ses hadiths ne sont pas écrits. » Ce récit se trouve également dans Tarikh Bagdad. Critiquer cette narration en raison de (la présence de) Ahmad ibn Sa’d ibn Abi Maryam comme l'a fait l'imam al-Kawthari dans son Ta'nib al-Khatib est incorrect, comme il ressort des notices biographiques sur Ahmad ibn Sa’d ibn Abi Maryam. De le même façon que l'expression « Ses hadiths ne sont pas écrits » n'indique pas nécessairement une faiblesse selon l'usage d'Ibn Ma'in ; si cela est accepté comme un affaiblissement (tad'if), cela entrerait en contradiction avec les narrations plus fiables et plus nombreuses mentionnées ci-dessus, et serait donc (considéré) comme shâdhdh (une anomalie) et donc rejeté par rapport aux récits mahfuz de Ibn Ma'in. Il y a une autre narration racontée dans Tarikh Baghdad [17] d'après Ibn Ma'in qui a dit que (le statut de) Abu Hanifah  « a été affaibli » mais que cela est sans aucun doute fabriqué en raison d’un narrateur particulier dans la chaîne (Uthman ibn Muhammad ibn Abi Shaybah).

 

5. Abu ‘Abd Allah al-Hakim al-Naysaburi (321-405 H), l'auteur d'al-Moustadrak

 

Abu ‘Abd Allah al-Hakim al-Naysaburi, l'un des premiers à écrire sur le sujet de « Ulum al-Hadith », a écrit dans son ouvrage fondamental Ma'rifatu 'Ulum al-Hadith [18] que, « Ce type de science est la connaissance des imams bien connus  et dignes de confiance (al-a’immat al-thiqat al-mashhurin) appartenant aux Tabi'in et à leurs successeurs [c’est-à-dire les deuxième et troisième générations] de ceux dont les hadiths sont collectés pour la mémorisation, la révision et la recherche de bénédiction à travers eux. Nous allons les énumérer, de l'est à l'ouest. » (P. 642) Dans sa liste des « fameux imams digne de confiance » de Kufa, il a mentionné « Abu Hanifah al-Nu’man ibn Thabit al-Taymi » (p. 649).

En bref, il est donc établi à partir de Yahya ibn Ma'in, Abu Dawud as-Sijistani et de al-Hakim qu'ils considéraient Abu Hanifah comme étant digne de confiance et fiable dans la narration de hadith. La narration de Shu'bah n'est pas aussi fortement établie, tandis que la narration de Ibn al-Madini est bonne selon Abû al-Fath al-Azdi. Une fois qu'il est établi par les savants fiables d’al-Jarh wa l-Ta’dil qu'un narrateur est digne de confiance (thiqah) comme c'est le cas ici, toute critique inexpliquée (Jarh mubham) ne sera pas acceptée, sur la base des principes reconnus de cette science. Par conséquent , la déclaration d’al-Boukhari « ils l'ont abandonné » (« sakatu 'anhu » qui, pour al-Boukhari est équivalent à « tarakuhu »), d’an-Nasa'i « il n'est pas fort » (laysa bi l- Qawi), l’évaluation de Muslim dans son al-Kuna wa l-Asma [19] qu'il est « confus dans hadith » (mudtarib al- hadith) et « Da'if » d'après ad-Daraqoutni ne seront pas acceptées étant donné qu’elles sont inexpliquées. La critique expliquée, mentionnée dans la version imprimée de Mizan al-I’tidal d'ad-Dhahabi dans lequel il est mentionné : « an-Nasa'i et d'autres l’ont affaibli en raison de sa mémoire », est une insertion, ajoutée plus tard par un scribe, comme cela est établi par des éléments (preuves) internes (ad-Dhahabi a dit qu'il n'aurait pas mentionné les biographies des quatre imams de fiqh) et externes ( al-' Asqalani ne le mentionne pas dans Lisan al-Mizan , qui est une extension des travaux d'ad-Dhahabi et les premiers manuscrits de Mizan al-I’tidal ne contiennent pas de biographie d'Abu Hanifah ) . Ceci a été détaillé par Abu Ghuddah dans ses notes de al-Raf’ wa l-Takmil.

Ibn Ma'in, en fait, nous fournit aussi une explication de la raison de la critique d'Abou Hanifah faite par d'autres muhaddithun. Ibn ' Abd al-Barr rapporte : « 'Abd ar-Rahman ibn Yahya nous a rapporté : Ahmad ibn Sa'id nous a rapporté : Abu Sa'id ibn al-A'rabi a rapporté : 'Abbâs ibn Muhammad ad-Duri nous a rapporté : J'ai entendu Yahya ibn Ma'in dire : « Nos compagnons sont allés trop loin dans [leurs préjugés] contre Abu Hanifah et ses compagnons. » On lui a dit : «Abou Hanifah ment-il » Il dit : « Il était plus noble que cela. » [20] L'éditeur Abu al-Ashbal al-Zuhayri a dit : « Son isnad est sahih. » Cela indique que les muhaddithun avaient un parti pris contre Abu Hanifah et ses élèves en raison de ce qu'ils ont perçu comme l'émission excessive de décisions fondées sur l'opinion, donc il convient de prendre leur critique avec précaution. Hafiz Ibn 'Abd al-Barr (d. 463 H) a écrit : « Ceux qui ont rapporté d'après Abou Hanifah , et l'ont déclaré digne de confiance, et on fait son éloge , sont plus nombreux que ceux qui le critiquaient , et ceux qui le critiquaient parmi les savants du hadith, l'ont fait pour la plupart pour son immersion dans l'opinion juridique, l'analogie et l'Irja' [et ces critiques sont incorrectes]. » [21]

 

La critique expliquée (Jarh mufassar) a cependant la préséance sur l'accréditation (ta'dil).

 

Certains savants d'al-Jarh wa l-Ta'dil ont expliqué leur critique d'Abou Hanifah. Ibn Abu Dawud (230-316) a dit, comme cela est rapporté par al-Khatib [22] que Abou Hanifah rapporta 150 hadiths et se trompa sur la moitié d'entre eux. Cependant, on sait qu'il y a eu des personnes qui ont fabriqué des narrations avec des chaînes passant par Abu Hanifah, et c'est probablement ces récits que ces savants ont critiqués. Ceci est connu pour avoir été le cas avec Ibn 'Adi qui a rapporté des narrations de Abu Hanifah à travers Abba ibn Ja‘far al-Najirami qui était actif dans le troisième siècle de l'Hégire et qui rapportait des hadiths fabriqués à travers Abu Hanifah [23]. Beaucoup de ses faux hadiths sont inclus dans le Musnad Abi Hanifah de Abu Muhammad al-Harithi (257-340). Al-Najirami est probablement la raison pour laquelle Ibn Abi Dawud a pensé que Abu Hanifah a commis des erreurs et s'est embrouillé dans ses narrations. En outre, il existe une question concernant l'intégrité de Ibn Abi Dawud lui-même, comme mentionné dans Lisan al-Mizan.

Il existe, cependant, une autre narration de Ibn al-Madini comme rapporté par al-Khatib dans Tarikh Baghdad (15:581) : 'Ali ibn Muhammad (ibn al- Hasan) al-Maliki m'a informé : 'Abd Allah ibn 'Uthman as-Saffar nous a rapporté : Muhammad ibn 'Imran as-Sayrafi nous a rapporté : 'Abd Allah ibn 'Ali ibn 'Abd Allah al-Madini nous a raconté : « J'ai questionné mon père concernant Abu Hanifah , le champion de l'opinion, et il l'a gravement affaibli et a dit : « S'il était en face de moi, je ne le questionnerai sur rien. Il a relaté cinquante hadiths avec erreur. » Il s'agit d'une critique expliquée, l'affaiblissement étant dû à des erreurs trouvées dans ses narrations. Tous les narrateurs sont dignes de confiance, en plus de sheykh al-Khatib, Ali ibn Muhammad ibn al-Hasan al-Maliki (350-437 H) qui est fiable (Saduq) tel que mentionné dans Tarikh Baghdad (13:584), et du fils d'Ibn al-Madini dont la fiabilité est inconnue. Cette narration a donc une chaîne discutable. En outre, elle est contredite par la narration mentionnée ci-dessus de Ibn al-Madini selon laquelle Abu Hanifah est digne de confiance dans le hadith. Elle est également contredite par la narration de Yahya ibn Ma'in mentionnée ci-dessus dans lequel il dit : « Je n'ai entendu personne l'affaiblir », et Ibn al-Madini était un contemporain. Cette narration de Ibn al-Madini est donc une offense (munkar) par rapport à son Matn (texte), d'autant que les spécialistes ultérieurs dans le domaine de la critique des narrateurs qui ont eu une connaissance des narrations de hadiths disponibles d'Abu Hanifah dans le Masanid, Kitab al-Athar et dans d'autres ouvrages, comme les imams al-Mizzi , ad-Dhahabi, Ibn Kathir et Ibn Hajar al-'Asqalani, n'ont fait que des éloges de lui et l'ont évalués comme étant solide dans le hadith, et s'ils avaient trouvé un grand nombre d'erreurs dans ses hadiths par rapport aux hadiths d'autres narrateurs, ils n'auraient pas fait à son sujet une telle évaluation.

Ce qui précède est une analyse détaillée de la majeure partie de l'information authentique des premiers savants concernant explicitement la fiabilité d'Abu Hanifah dans la narration de hadith. Il y a bien sûr beaucoup d'autres narrations relatives à la piété et à la connaissance de l'Imam Abu Hanifah, et d'autres l'ont critiqué par rapport au fiqh et à religion, mais cela n'a pas beaucoup d'importance quand il s'agit de sa fiabilité dans le hadith. Cependant, de nombreuses preuves concernant la connaissance de Abou Hanifah, son honnêteté et sa mémoire étayent la conclusion qu'il était digne de confiance dans le hadith.

En somme, il est établi qu'Abu Hanifah est digne de confiance selon Yahya ibn Ma'in, Abu Dawud et al-Hakim, et probablement selon Shu'bah ibn al-Hajjaj et Ibn al-Madini, par conséquent la critique ambiguë de certaines muhaddithun ne sera pas acceptée sur la base du principe selon lequel une critique inexpliquée est rejetée à la lumière de l'accréditation, alors que les déclarations authentiques de Ibn Abi Dawud et Ibn ' Adi expliquant la critique de Abu Hanifah sur ces [prétendues] erreurs peuvent être expliquées par les fabrications délibérées contre Abu Hanifah qui circulaient à cette période. Il ne fait aucun doute que les grands savants prémodernes ultérieurs, ceux qui ont eu un accès complet à toutes les sources primaires et les ont utilisées dans leurs travaux, comme al-Mizzi (dans Tahdhib al-Kamal), ad-Dhahabi (dans Siyar A'lam an-Nubala et Tadhkirat al-Huffaz ) et al-'Asqalani (dans Tahdhib at-Tahdhib), ont tous accepté Abu Hanifah comme étant digne de confiance dans le hadith, en se fondant sur une analyse complète des preuves. Il doit donc être admis que Abou Hanifah était digne de confiance dans la narration de hadith. Les détracteurs modernes de Abu Hanifah, comme al-Albani, ont déterré des déclarations critiquant Abu Hanifah après que la oumma se soit mise d'accord pour les rejeter et sans avoir aucune connaissance apparente des principes d'al-Jarh wa l-Ta’dil. Ces gens présentent ces déclarations comme étant une preuve concluante que Abu Hanifah était faible dans la narration de hadith. Si on analyse cette affaire de manière rigoureuse et scientifique, en tenant compte de tous les éléments de preuves et des principes énoncés par les savants d'al-Jarh wa l-Ta’dil, sans prendre parti en faveur d'Abou Hanifah ou contre lui, il apparait clairement qu'il était un transmetteur fiable de hadith.

 


Notes du traducteur :

[1] Article réalisé à partir des travaux du Muhaddith Pakistanais, 'Abd ar-Rashid an-Nu'mani, pouvant être trouvés en arabe et parfois en anglais (extraits).
[2] Mahmud Muhammad Mahmud Hasan Nassar ed. p. 34
[3] Règles Juridiques
[4] Voir Abu Hanifah wa Ashabuhu l-Muhaddithun, pp. 19-23
[5] Dr. Bashshar ‘Awwad Ma’ruf ed. 15:473
[6] Tadhkirat al-Huffaz, 1:192
[7] Dans son al-Intiqa fi Fada’il al-A’immati l-Thalathat al-Fuqaha (Abd al-Fattah Abu Ghuddah ed. pp. 66-67)
[8] Dans a-Raf’ wa l-Takmil, p. 75-6
[9] Cité dans par Ibn ‘Abd al-Barr dans Jami‘ Bayan al-‘Ilm wa Fadlih, Abu al-Ashbal al-Zuhayri ed., p. 1083
[10] Al-Intiqa fi Fada’il al-A’immat al-Thalathat al-Fuqaha, p. 197
[11] Misbah al-Arib 2:133
[12] Ma’rifat al-Rijal, Muhammad Kamil al-Qassar ed., vol. 1, no. 230; et al-Khatib avec une chaine dans Tarikh Baghdad 15:580
[13] Tarikh Baghdad 5:510
[14] Tahdhib al-Kamal, Bashshar ‘Awwad Ma‘ruf ed., 1:153
[15] Tahdhib al-Kamal 29:424
[16] Misbah al-Arib , 2:93
[17] Tarikh Bagdad 15:581
[18] Dans « écrit 49 des Sciences du Hadith », p. 642
[19] N° 963 ed. ‘Abd al-Rahim Muhammad Ahmad al-Qashqari
[20] Jami‘ Bayan al-‘Ilm wa Fadlih, Abu al-Ashbal al-Zuhayri ed., p. 1081
[21] Jami‘ Bayan al-‘Ilm wa Fadlih, cité dans les notes d'al-Intiqa’ fi Fada’il al-A’immat al-Thalathah, p. 185
[22] Tarikh Bagdad 15:576
[23] Lisan al-Mizan 1:231
 

Publié dans Réfutations