Mawlid an-Nabawi - Questions & réponses

Publié le par Sunnisme.com

° Le Mawlid an-Nabawi
(Questions & réponses) [1]
 

par Sheykh Fakhruddin Owaisi [2]




Owaisi_Mawlid.jpg

 



 

Q1: Quel est le jugement (hukm) concernant le Mawlid an-Nabi?

 

R1: Toute action que nous faisons peut être jugée par la Shariah comme étant dans l'une des cinq catégories suivantes :

 

 -Fard (obligatoire)
 -Mustahabb (recommandé)
 -Mubah / Ja iz (simplement admissible)
 -Makruh (Détestable)
 -Haram (interdit)

 

Les Ulémas du passé et du présent, des quatre Madhabs (Hanafi, Shafi, Maliki et Hanbali) ont examiné la commémoration de la naissance du Prophète (salla Allâhu 'alayhi wa sallam) comme étant Mubah (admissible) car il n'y a aucune preuve dans la Shariah qui interdise un tel événement. En fait, il existe des preuves qui soutienent effectivement la commémoration de la noble naissance. Par exemple :

 

-Allâh dit dans le Coran : « Dis : [Ceci provient] de la Grâce d'Allah et de Sa miséricorde; Voilà de quoi ils devraient se réjouir. » [3]

 

Il n'y a pas de plus grande grâce donnée à la Création que le Saint Prophète (salla Allahu ‘alayhi wa sallam).

 

- Le Coran nous narre les histoires des naissances des prophètes Isa, Musa et Yahya (‘alayhis-salam) d'une manière honorable. En tant que plus grand des prophètes, la naissance de Nabi Muhammad (salla Allâhu 'alayhi wa sallam) est encore plus digne d'une telle attention.

 

- L'imam al-Bukhari (Rahimullâh) raconte que lorsque le Prophète (salla Allahu 'alayhi wa sallam) est né, son oncle, l'incroyant Abou Lahab a libéré la jeune fille esclave Thuwaybah qui lui a amené la bonne nouvelle en lui faisant un geste de son doigt. Quand Abou Lahab est décédé, son frère Sayyidina al-Abbas (radiya Allâhu 'anhu) l'a vu en rêve et lui a demandé sa condition. Il répondit : « Je subis une châtiment sévère, mais mon châtiment est diminué chaque lundi, car je suis autorisé à absorber un peu d'eau venant du doigt avec lequel j'ai libéré Thuwaybah. »

 

- Il est également rapporté par l'Imam Muslim (Rahimullâh) que le Prophète (salla Allâhu 'alayhi wa sallam) jeûnait tous les lundi. Lorsqu'on lui demandait pourquoi, il (salla Allâhou 'alayhi wa sallam) répondait : « C'est le jour où je suis né. »

 

C'est pourquoi de nombreux savants ont été très favorables au Mawlid. Par exemple, le grand savant Shafiite du 9eme siècle, l'imam Jalaluddin as-Suyuti (Rahimullâh), qui a écrit dans son Al-Hawi lil Fatawi :

 

« Commémorer le Mawlid, consiste essentiellement à rassembler les gens, réciter des parties du Coran, raconter des histoires sur la naissance du Prophète (salla Allâhu 'alayhi wa sallam) et sur les signes qui accompagnaient cette naissance, à servir de la nourriture, et par la suite partir, est une des bonnes innovations; et celui qui la pratique est récompensé, parce que cela implique la vénération du statut du Prophète (salla Allâhu 'alayhi wa sallam)  et l'expression de la joie pour son honorable naissance. Cependant, tout comme commémorer le Mawlid ne peut pas être considéré comme Haram, il ne doit également pas être considéré comme Fard (obligatoire). Il faut comprendre que c'est tout simplement une pratique bénéfique qui n'est cependant pas obligatoire. Notez aussi, qu'alors que la commémoration du Mawlid elle-même est seulement Mubah (permise), la plupart des actions qui y sont effectuées sont Mustahabb (recommandées) telles que la récitation de Salawat, rassembler les musulmans, discuter de la vie du Prophète (salla Allâhu 'alayhi wa sallam), nourrir les affamés, etc. Les gens seront sans aucun doute récompensés pour ces actions. Wa Llahu A'lam. »

 

Q2: Est ce que commémorer le Mawlid an-Nabi est une bid'ah (une innovation)?

 

R2: La bid'ah renvoit à des croyances et des pratiques qui sont apparues après l'ère du Saint Prophète (salla Allâhu 'alayhi wa sallam). D'une manière générale, les "bida'as" sont acceptables ou inacceptables, selon si oui ou non elles suivent les principes généraux et l'esprit du Coran et de la Sunnah.

 

Compte tenu de cela, elles seront classées selon les cinq jugements de la Shariah mentionnés plus haut. Par conséquent, certaines bi'dahs peuvent être obligatoires telles que l'écriture de livres sur la religion et le regroupement du Coran et des ahadith sous forme de livre. Certaines peuvent être recommandées, telles que la traduction du Coran, la prière de Tarawih en assemblée et la deuxième adhan pour la prière de Jumu’ah. 

Certaines bid'ahs peuvent simplement être permises comme la réalisation de la prière de l'Aid dans les mosquées, les programmes de Qira'ah, les compétitions coraniques et la commémoration du Mawlid comme indiquée précédemment. Selon l'intention et les résultats, ces bid'ahs autorisées peuvent même devenir recommandées.

 

Des innovations détestables seraient d'avoir le Saint Coran sur un téléphone portable, comme l'ont dit certains Ulémas. les bid'ahs interdites sont des croyances et des pratiques innovées qui sont en violation flagrante des principes et décisions agréés de la Shariah. Le hadith qui stipule que chaque bid'ah est un égarement se réfère à cette dernière catégorie de bid'ah seulement comme expliqué par l'autorité du hadith l'Imam an-Nawawi (Rahimullâh) dans son commentaire du Sahih de l'imam Muslim [4] :

 

« Ce que l'on entend par là, ce sont de nouvelles questions qui ne sont pas validées par le Shariah. Cela; et seulement cela; est ce que l'on entend par des innovations (blâmables) ».

 


Q3:
Quel est le jugement sur le fait de se lever pour réciter des "Salawat" (Salutations) et des "Salaam" (salutations de paix) sur le Prophète (salla Allâhou 'alayhi wa sallam)?

 

R3: Cela est permis si cela est fait avec l'intention de respecter le Prophète (salla Allâhu 'alayhi wa sallam), et sans la conviction que c'est obligatoire. Le Coran nous a ordonné de présenter le Salam au Prophète (salla Allâhu 'alayhi wa sallam) d'une manière respectueuse comme sous-entendu dans le verset « Wa Sallimu Taslima »« ...et adressez lui vos salutations. » [5]


En outre, il est permis en l'Islam de se lever pour saluer une personne honorable et bien-aimée. Le Prophète (salla Allahu 'alayhi wa sallam) avait l'habitude de se lever pour saluer beaucoup de gens, y compris sa fille bien-aimée Sayyidah Fatimah Zahra (radiya Allâhu' anha).

L'imam al-Bukhari rapporte qu'une fois, le Prophète (salla Allâhu 'alayhi wa sallam) était assis dans la mosquée et vit un enterrement qui passait par là. Alors il se leva immédiatement à l'égard de celui-ci. On lui dit par la suite que c'était en fait l'enterrement d'un Juif. Il (salla Allâhu 'alayhi wa sallam) répondit alors : « C'est tout de même une âme. »


Les 'Ulama ont également jugé admissible de se lever pour un hymne national.

Cela a été depuis des siècles la coutume dans de nombreux pays musulmans de se lever lors de la récitation des Salawat et Salam sur le Prophète (salla Allâhu 'alayhi wa sallam), surtout lorsque l'on entend la nouvelle de sa naissance, de manière à afficher l'amour, la gratitude et le respect. Cette pratique a été saluée par les Ulama des quatre madhhabs (écoles).

Le Mufti du madhhab Shafiite de Medine, al-Imam al-Sayyid Ja'far al-Barzanji (Rahimullâh) a écrit dans son Mawlid que :

« Les érudits à la réputation et aux connaissances élevées ont recommandé la pratique consistant à se tenir debout à la mention de la naissance du Prophète (salla Allâhu 'alayhi wa sallam). Quelle bonne nouvelle pour celui dont le but et la résolution est d'honorer le Prophète (salla Allâhu 'alayhi wa sallam) ».

Ceci; il l'a écrit, à Médine, il y a quatre siècles, et il a fait référence aux savant d'avant son époque.

Les Salawat peuvent être récitées dans toutes les positions: assis comme dans le Jalsah (position assise) dans la Salah, ou debout comme dans la Salat-ul-Janazah ou même lorsque l'on est couché.

En outre, c'est un commandement général de la Shariah d'afficher toutes sortes de marques d'amour, d'honneurs et de vénérations au Prophète (salla Allâhou 'alayhi wa sallam) [6], tant que cela n'implique pas une quelconque action interdite. Wa Llâhu A'lam.



Q4: Est-il possible pour le Prophète (salla Allâhou 'alayhi wa sallam) d'assister à une assemblée pour le Mawlid ?

R4: Le corps béni du Prophète (salla Allâhu 'alayhi wa sallam) est enterré à Médine. Mais son âme, comme les âmes de tous les Prophètes et des croyants pieux, est libre de se promener dans le Royaume d'Allâh pour participer aux assemblées bénies. La preuve en est ce qui c'est passé lors de la Nuit du Mi'raj quand tous les prophètes réunis à al-Qods se sont rencontré et ont prié derrière notre Prophète (salla Allâhou 'alayhi wa sallam). Beaucoup d'entre eux l'ont rencontré à nouveau dans les Cieux.

Ibn al-Qayyim (Rahimullâh) mentionne dans son Kitab al-Ruh que le célèbre compagnon Sayyidna Salman al-Farisi (radiya Allâhu 'anhu) a dit :

« Les âmes des croyants sont dans une cloison de la terre (visible), elles vont partout où elles veulent. »

Il cite aussi le grand Imam Malik (Rahimullâh) disant :

« J'ai été informé que l'âme est libre, elle va partout où elle veut. »

Ce qui précède a également été confirmée par les grands érudits classiques tels que l'imam as-Suyuti et l'imam Ibn Hajar al-Haytami dans leur Fatawa.

Cepndant, la personne qui ressent la présence spirituelle du Prophète (salla Allâhou 'alayhi wa sallam) lors d'une quelconque assemblée devrait normalement garder une telle choses pour elle-même. En général ceci est une question liée à l'invisible et il est préférable de ne pas approfondir la question inutilement... 




Notes du traducteur :

[1] Extrait d'un texte du Shaykh Fakhruddin al-Owaisi at-Tijani (hafidhullah) et traduit depuis l'anglais avec sa permission. L'original: http://www.muwatta.com/the-mawlid-un-nabi/


[2] Lire sa biographie ici : http://ahad.blogvie.com/category/imam-fakhruddin-owaisi/

[3] Sourate Yunus; verset 58

[4] Imam an-Nawawi dans son commentaire du Sahih de l'imam Muslim, Volume 6, p154

[5] 
Sourate 33; verset 56

[6] Coran Sourate 7, verset157 ; Sourate 33, verset 56, entre autres...
 
Sur le même sujet :

- L'avis des savants sur le Mawlid an-Nabawi
- La persmission de fêter le naissance du Prophète
 [al-Mawlid]

 

Publié dans Réfutations