Un site Algérien contre les fatwas extrémistes

Publié le par Sunnisme.com

.Un nouveau site web en Algérie contre les fatwas extrémistes

 



http://www.magharebia.com/cocoon/awi/images/2010/08/20/100820Feature1Photo1.jpg

[www.marwakf-dz.org] Les Algériens peuvent

désormais obtenir des réponses aux questions

religieuses sur un nouveau portail web officiel.
 

 

Les fatwas incorrectes ou extrémistes déferlent sur l'Algérie depuis les chaînes de télévision par satellite et l'internet. Un tout nouveau site web officiel vise à mettre un terme à cette confusion.

Dans le cadre des célébrations du Ramadan en Algérie, le ministère des Affaires religieuses a dévoilé un nouveau portail web, la Banque des Fatwas.

"Cette initiative est destinée à empêcher les fausses interprétations de la sharia et des principes fondamentaux de l'Islam en général", a expliqué Yahia Daouri, le directeur chargé de l'orientation au ministère des Affaires religieuses.

Chaque jour durant le Mois sacré, des imams sélectionnés par le ministère répondront aux questions envoyées par courrier électronique par des citoyens à la recherche d'avis religieux sur des sujets allant de la zakat aux prières, en passant par l'héritage et la foi. Les gens recevront une réponse soit sur le site lui-même, soit par courrier électronique adressé personnellement.

Mais cette initiative n'empêchera pas les gens de rencontrer directement des imams ou des personnes compétentes habilitées par le ministère à donner des avis religieux.

"Les imams dans les mosquées sont désignés par le ministère des Affaires religieuses, ils sont donc habilités à énoncer des fatwas. Ce site internet n'est qu'un support d'appui. Nous avons pensé cette méthode en tenant compte du fait que beaucoup de personnes s'intéressent aux sites internet", a expliqué Daouri.

Une telle initiative était vraiment nécessaire. Bien que le Haut conseil islamique (HCI) algérien soit autorisé par la loi à lancer des fatwas à la demande de la présidence, il joue essentiellement un rôle consultatif. Aux termes de la loi, le HCI ne peut émettre un verdict sans y avoir été invité par le Président. Une autre initiative lancée il y dix ans visant à créer la fonction de Grand moufti de la République n'avait pas abouti.

Un incident survenu récemment a illustré le besoin d'un tel site web pour clarifier les questions religieuses et éviter toute confusion. Une controverse est née concernant l'importation de viande indienne en Algérie à l'occasion du mois sacré du Ramadan.

"Du fait du foisonnement de fatwas diffusées par diverses chaînes satellitaires ou du fait des prêches balancées dans les mosquées par des imams qui n’ont pas le savoir et les compétences requis pour assumer une telle responsabilité", a expliqué Karim Moussem, enseignant en théologie, ce site "permettra de mettre un terme à la confusion que connaît la jeunesse".

Un incident survenu récemment a illustré le besoin d'un tel site web pour clarifier les questions religieuses et éviter toute confusion. Une controverse est née concernant l'importation de viande indienne en Algérie à l'occasion du mois sacré du Ramadan..

Le 8 août, une controverse a éclaté à propos de l'importation de viande indienne en Algérie pour le Ramadan. Le cheikh Chemseddine a publié une fatwa rendant haram la consommation de cette viande. Cet imam a fondé sa décision sur le fait que "on ignore la méthode utilisée pour abattre les animaux et les gens chargés de cette tâche".

Mais deux jours après la publication de cette fatwa, le ministre des Affaires religieuses Bouabdellah Ghlamallah a affirmé que "la viande importée d’Inde est une viande halal".

"Le quart de la population en Inde est musulmane", a souligné le ministre.

Certains observateurs considèrent ce nouveau portail web comme un moyen de contrer l'extrémisme.

Moussem souligne également les dommages "provoqué par les fatwas énoncées par des groupes terroristes comme al-Qaida et le GSPC pour donner une couverture religieuse à leurs crimes contre des civils".

"Si en Algérie, nous avions eu une institution officielle pour les fatwas, et si l'on avait barré la route à temps aux faux muftis, on n’aurait peut-être évité ou du moins diminué le drame", a souligné Moussem.

L'adresse du site :  www.marwakf-dz.org



Par F. Mansour pour Magharebia